Coup d’envoi du projet Action sociale en Justice pénale : la perspective lettone

Date d'édition: 23-4-2012

Article:

Anvars ZavackisLes services européens de probation se professionnalisent et la formation est une composante à part entière de cette évolution. Le projet ‘Action sociale en Justice pénale' (CJSW) répond aux besoins en supports pédagogiques pour les agents de probation. Le service de probation de Lettonie est l'un des partenaires européens de ce projet. Anvars Zavackis, responsable de cette unité d'enseignement et de recherche, nous parle de ce qui motive la participation de son pays.

Travailler sur l'éducation
La réunion de lancement du projet CJSW à Den Bosch (Pays-Bas) les 9 et 10 février 2012 a marqué la première rencontre des partenaires dans le cadre du projet. La Lettonie y a été représentée par Anvars Zavackis du service de probation et Aija Zobena de l'université de Lettonie. Anvars Zavackis : « Je suis enthousiaste quant à notre participation. La demande en supports pédagogiques est forte. » Le service de probation compte près de 350 agents de probation et le taux de renouvellement est assez élevé. « 14 à 20% des agents changent tous les ans. En 2010, 48 agents de probation seulement étaient formés à l'action sociale et nous souhaitons qu'il y en ait davantage. Les autres agents ont le plus souvent fait des études de droit (90 personnes) ou de pédagogie (100 personnes). »

Coopération avec l'université de Lettonie
La collaboration sur le projet CJSW avec l'université de Lettonie s'est avérée très enrichissante pour le service de probation. Anvars Zavackis : « Nous étions en contact avec l'université pour des initiatives qui ont été abandonnées vers 2006, d'autres développements dans le service étant plus urgents à l'époque. Le projet CJSW nous a ainsi donné l'occasion de rétablir cette coopération. Les étudiants de l'université pourront choisir un cursus en action sociale avec une spécialisation, au lieu d'une courte formation sur le tas pour les agents. Nous allons préparer des modules d'enseignement qui seront testés. Ce faisant, nous nous apporterons mutuellement une aide pratique et apprendrons des autres partenaires du projet CJSW. »

Création de réseau en Europe
Les développements en Europe rendent logique la coopération avec les partenaires européens. Les Règles de probation et la mobilité accrue amènent le secteur de la probation à entretenir les contacts. Pour la Lettonie néanmoins, la coopération est une démarche relativement nouvelle. Anvars Zavackis : « Au début, curieusement, nous prenions exemple sur le Canada. Nos agents s'y sont rendus et le système canadien a servi de modèle pour les programmes de notre service de probation. Ce n'est qu'en 2011 que nous avons adopté le premier programme européen : un programme britannique de traitement des délinquants sexuels. J'aimerais que l'évolution de ces 3 à 4 dernières années se poursuive et je sais que ce sera un sujet important pour le service dans les 5 années à venir.
Le travail de probation est passionnant, surtout dans le contexte de la législation européenne. Le projet CJSW offrira une solution pratique en fournissant des supports pédagogiques de qualité, ce qui est précisément ce dont nous avons besoin en Europe. » 
   

Project:
CJSW logo






Partners:

AvansEACEA    



          
Funding:

LogoCe projet a été financé avec le soutien de la Commission européenne.
Cette publication (communication) n'engage que son auteur et la Commission n'est pas
responsable de l'usage qui pourrait être fait des informations qui y sont contenues.






.